E.A. 23 janvier 2022

Un jour il faut se poser la question d’être quelqu’un de bien. Se donner le choix. Il faut se poser la question de soi. Se poser la question de la possibilité d’être une personne ingrate. Insupportable. Non aimable. Se poser la question des trous noirs. Se poser la question de se dire : au fond je ne suis peut-être pas quelqu’un de bien. On se bâtit tou•tes une vie autour de cette conviction d’en être. De voir juste. De penser juste. D’être dans la clarté. On trace son chemin autour de cette croyance sans demander la moindre preuve ni débat à notre soi profond. Car au fond nous sommes tou•tes des sales bêtes. Petri•es de certitudes dans ce que nous offrons et de hargne dans ce que les autres ne nous offrent pas. Rongeant les os du monde sans arriver à en sucer la moelle. Bêtement rongeurs. Faut se dire : peut-être ne suis-je qu’un parasite s’alignant à des milliards d’autres parasites. En toutes modestie il faut sans doute se dire qu’on peut totalement être quelqu’un d’invivable. Réellement. Pas par coquetterie ou conviction mais par essence. Que l’on se mette toujours du bon côté de la barrière devrait suffire à attirer le soupçon. Mais non. En général on vaque à notre quotidien fier•es de répandre sa merde tous les jours dans la nature. Après, ce n’est pas pour ça que du sentiment d’être un chouïa ingrat•e, mauvais•e, insupportable, il faudra en tirer quelconque avantage. Finalement c’est entre les deux qu’il est le plus difficile de se positionner. Les fesses entre deux chaises, un pied dans le caniveau des deux côtés. Cependant se dire un matin – chaque matin: au fond peut-être suis-je une crapule qui s’ignore, infâme personnage qui n’aime personne , ça remettrait les pendules dans le couloir. Ça ferait cuire l’indifférence à une autre température.
Mais rien qu’envisager cela est très difficile. Nous sommes obligatoirement en couple avec nous-mêmes. L’autre n’est là que pour nous diluer un peu.
Ainsi soit-il.

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :