Ecriture automatique – 5.12. 2021 et 6.01.2021 – impromptu#1 sur radiocampus

Un des souvenirs que j’ai de mon enfance, c’est être sur le dos nu de mon père, il est couché. Brûlé par le soleil, je lui retire les peaux mortes. Plus elles sont grandes plus ça me réjouit.

Les peaux mortes d’avoir été trop au soleil – celles qu’on peut retirer à la condition d’avoir été au soleil – de s’être laissé.e brûler, de s’être donné.e au soleil, comme on se donne au désir, comme on se donne à ce qui fait mal, jusqu’à pouvoir enlever d’une main experte les peaux mortes que cela nous laisse, il faut peut-être aller jusque là – laisser brûler la peau, laisser sa peau être brûlée pour ensuite l’enlever, se découvrir, la peau des genres, la peau du consumérisme, la peau de l’indifférence, toutes les peaux avant d’être devant soi, ou .. ou même brûler la peau de soi, de son soi le plus profond, pour découvrir ce qui est encore en-dessous, se mettre devant le soleil et brûler volontairement pour faire partir toutes les peaux. Toutes. De la féminité à la parentalité, celle du quotidien, être nu sans peau, sans rien savoir de soi, les avoir enlevées, les peaux mortes, une à une, comme on efface de sa mémoire, on gomme, et plus je retirais les peaux mortes sur le corps de mon père, plus je quittais l’enfance, plus j’étais loin de savoir qui j’étais, si on enlève toutes les peaux, de nos conditions sociales, économiques, de nos relations, de notre fonction, de notre place, un tas de peaux mortes sur le bord de la terrasse du jardin, si on enlève la peau du statut, du capitalisme, de notre système social, de nos amours, de nos liens familiaux, que nous reste-t-il ? Que reste-t-il ?


J’ai 6 ans. On me dit que je dois apprendre comme il faut.
J’ai 13 ans. On me dit que si je continue à avoir mauvais caractère je ne trouverai jamais de mari.
J’ai 16 ans. On me le repète.
Si je n’accepte pas la pédagogie. Si je ne l’appliquais pas aux autres, ma vie serait foutue. Foutue comme un foutoir. Comme un bordel.
Je hais la pédagogie. Pour moi ou pour les autres.
Je suis pour la sauvagerie.
Je suis pour l’apprentissage par le sauvage. La sauvagerie du désir.
Laisser aller tes oreilles où elles veulent.
Laisser ton corps désirer ce qu’il désire.
Mettre les mains sur le piano comme deux animaux face à un troisième.
Mettre les hommes dans le bain parfois froid de la vie d’une femme. Sans précaution. Sauvagement. Sans pédagogie. Leur jeter au visage les seaux de de bave, de sang, de cyprine, d’eaux d’accouchement, d’eau éjaculatoire, d’insultes, de larmes, de souffrances, de sautes d’humeur, de menstruations déréglées, de moyens de contraceptions ineptes, de joie et de jouissance, de présence à la vie intense.
Je veux du son qui me soit chair. Je veux parler de tout en même temps sans qu’on me dise que mon propos est incohérent. Sans les conditionnels qui tuent par petits coups. Une pédagogie sauvage pour tou.te.s. Prendre les désirs par les cornes.
La pédagogie n’a jamais servi que l’ennui – je n’ai jamais appris, je n’ai fait que désirer.
Et pour garder le désir des désirs c’est un combat, sauvage.
Plonger dans le désir, c’est refuser des heures et des heures d’apprentissage laborieux et inutile, je hais la pédagogie, maîtresse de la répétition du même mâle. Je veux toucher à la sauvagerie, à nos désirs, à nos creux, nos puits sans fond, nos pieds qui se dérobent – Et d’abord :
Aucun amour perdu n’a jamais changé la couleur du ciel.


A écouter dans la (toujours très belle) Matinale du 7 janvier de @David Mennessier – programmation 100% féminin: https://www.mixcloud.com/radiocampusbruxelles/le-matin-du-jeudi-7-janvier-2021/

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s