Trop – 7 novembre 2020 – 2h – travail à partir d’une écriture automatique

Je suis trop. Je suis en trop.
Celle qui ne fait jamais comme il faut
Pour que tout se déroule comme prévu.
Ce que l’éducation et les croyances ont voulu.
Je suis celle qui passe à travers la fenêtre.
Je ne fais pas semblant de vivre. Ni d’être.
Je reste en dehors, en moi, en vie.
Dehors je quitte ma résonance.
Mon corps balance.
Je finis par disparaître.
Je reste derrière la fenêtre.
Dans le trop il y a la provocation.
Dans le regard il y a la déformation.
Qui est autre chose que trop ?
Qui n’est pas de trop ici ?
Tout le monde fuit.
Son image, sa pauvreté, son dégoût.
Les masque comme il peut.
Les oublie dans ses creux.
Tu es trop est en trop
Engloutit un désir dépasse les limites
Je laisse une page blanche comme un oeil
Tel l’oeuf cuit dont la coquille s’effrite
Le trop est une excroissance d’un corps amoureux
Le trop est l’excroissance de la vie qu’on expulse, qu’on rejette.
Le trop est tout ce qui s’offre sans s’être fait désirer.
Plus les crasses s’accumulaient plus j’allais finir à la poubelle.
Le trop n’est rien.
Le trop est insignifiant.
Ca ne veut rien dire.
Car ici ce qui parle, qui est digne d’avoir sa place,
C’est le vide, c’est le manque, la souffrance.
Bannir cette vie du lendemain.


Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s