Ecriture automatique – 24 juillet 2019

Tu m’offres un amour pur et simple
Un miroir dans lequel je pourrais me voir sans détours
Mais je  suis comme un miroir brisé dont le visage est décomposé en mille morceaux irréconciliables Mon reflet est en guerre ou en chemin. Il n’est en aucune manière paisible. Je suis comme un assoiffé qui aurait désappris à étancher sa soif. De l’image de cet amour que tu m’offres, je ne peux voir que mes failles qui sont comme les craquelures d’un tableau trop avancées pour y remédier. De cette image je ne peux voir que les échos d’un passé qui m’a menti. Je suis comme un manchot à qui on offrirait des fleurs. Il peut les respirer mais jamais les emporter avec lui.Et ton amour est comme un révélateur de mes creux, de mes manques, de mes manquements, tout ce qui compose ma façon d’aimer en somme. Je suis comme un assoiffé incapable d’étancher sa soif à la source qui vient à lui et qui cherche inlassablement la mer où sa soif lui piquera la gorge et dans laquelle sans doute il cherchera à se noyer. Ce n’est pas que l’amour n’existe pas. C’est comme deux routes qui jamais ne se rejoignent. Quelque chose qui rate indéfiniment, sans arrêt, sans repos. L’amour comme deux branches d’un même arbre, qui s’ignorent, dans l’impossibilité de se toucher, ni de se connaître. Tu m’offres cet amour pur et simple et je suis comme une poubelle où tous les déchets d’une vie traînent et ont créé, malgré eux, une cohérence, un paysage, fracturé, mais paysage quand même et qui seraient incapables de bouger sans redevenir les déchets initiaux.
Je suis comme un assoiffé qui aurait désappris la soif.
Il ne doute ni d’elle ni de ton amour, ni même du sien, il doute de la rencontre en un seul point de tous ces éléments. Il ne doute pas du visage ni du miroir, il doute que l’un puisse rendre hommage à l’autre.
Il ne doute même pas de la joie, ni de la ressentir, ni de la vivre, il doute qu’elle puisse se tenir sur une corde, les pieds en pointe, tout au long de celle-ci. L’amour est toujours raté. Comme un dessin. Vive l’amour.

Travail sur photo Frédéric Darras
IMG_20190724_010211

Publicités

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s