Ecriture automatique – 17.18 mars 2019

received_1123217591182587

Suis-je une petite fille ?
Ai-je le droit d’être encore une petite fille ?
Suis-je une petite fille quand je suis femme ? Quand je saigne ? Quand je fais l’amour ? Quand je me masturbe ? Puis-je l’être encore ailleurs que dans des contrées lointaines, des recoins comme des parties de soi qu’on oublierait de passer à la douche ?
Suis-je une petite fille quand j’atteins le plaisir ? Quand suis-je une petite fille ? Quand je jouis ou quand j’oublie le désir ? Quand je suis une femme ? Quand rien ne pèse ou quand la vie est dramatique ?
Quand ai-je le droit d’être une petite fille ?
Suis-je une petite fille, toujours en test, le pied fragile devant la piscine à la température incertaine,
Suis-je une petite fille, autocentrée, elle n’emmerde personne dans son imaginaire solitaire,
Suis -je une petite fille, merde juste bonne à baiser et puis ciao, suis-je une petite fille quand je suis face à la haine ? Suis-je une petite fille quand je vois le chaos du monde ? Suis-je une petite fille quand je ne le laisse pas entrer dans ma vie ? Suis-je une petite fille quand mes doigts cherchent l’orgasme ? Suis-je une petite fille quand mes doigts parcourent le clavier ? Est-ce cela que je cherche, redevenir une petite fille de pulsions et d’émerveillements, quelque part dans quelques secondes du jour ?  Suis-je une petite fille dans mes errements, dans mes enterrements – je ne porterai jamais le deuil – c’est pourquoi j’initie les enterrements de mon propre chef – oui de mon propre chef tant pis pour le reste de – suis-je une petite fille qui joue à la dînette all the day, every day, sine die, où est le sexuel, dis-moi ? La petite fille ou l’artiste ? Ou nulle part, partout, voilé toujours et je suis une petite fille impudique – ai-je été une petite fille ? Si je vais trop loin, tu m’arrêtes. Mais tu ne m’arrêtes pas, tu te barres, oui, tu m’adores, tu me l’as dit maintes fois, mais what ? c’est un plaisir de te rencontrer. La PETITE FILLE file file tout bas, tout bas son bas de coton et s’en va loin. Suis-je une petite fille, oui ou merde ? Râle, la réponse est ailleurs, elle a claqué la porte, encore ? Faire de la place sans cesse, toujours ce rangement incessant pour laisser jouer la petite fille.

Suis-je une petite fille quand je te regarde ?

retouche photo Frédéric Darras

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s