8 mars 2019

Ne me souhaitez pas bonne fête please.
C’est pas encore une fête. C’est une lutte. Positive. Mais une lutte quand même. Comme disait Gilles Deleuze, il n’y a pas de droits (humains) il n’y a que des questions de territoire et de jurisprudence. Comme disait Simone de Beauvoir, cette lutte ne sera jamais finie. Comme l’écrivait Virginia Woolf, avoir une chambre à soi. Comme le dit Virginie Despentes, la femme « comme la décrit la société » n’existe pas.
Qu’est-ce qui terrifient tant les hommes et les femmes dans la libération du corps féminin ( cette fois pris au sens propre) si ce n’est son immense jouissance ?
En cela, nous avons sans doute tous un corps féminin à découvrir en nous.
Je me réjouis de voir que cette journée a été littéralement prise d’assaut par les femmes, des groupes de femmes et toutes les personnes qui se reconnaissent dans ce manque de territoire. J’aimerais que tous les jours soient pris d’assaut. Par les femmes. Par les hommes. Par le vivant.

Publicités

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s