Ecriture presque automatique – 16 février 2019

Fable.

On dit que nul n’est prophète en son pays. L’accord au féminin de ce proverbe ne révèle, comme je vais l’illustrer, aucune exception.

L’exhibitionnisme compulsif, c’est quelque chose ! Il permet au moins de remplir le cerveau des cons et des connes qui aimeraient imposer à toutes et à tous la honte d’être une femme – sciant la branche sur laquelle elles sont assises, c’est un détail, vu que jamais elles n’auraient osé s’y balancer le cul à l’air ! 
La honte d’être une femme contre l’exhibitionnisme compulsif, qu’importent les parties au procès. Les génitales sont accusées – d’ailleurs : levez-vous ! Le juge est une femme – on ne refait pas le monde, à la condition de mettre dans les mains des victimes de quoi devenir, au moins une fois dans leur vie, bourreaux ! Ce qui est dommage – pour l’inquisitrice, je veux dire – c’est que je plaide coupable – pas besoin de procès ! Coupez-moi la tête, le cul restera. Que d’autres en rigolent – ceux qui remplissent leur vie par la médisance des autres – non seulement je m’en amuse – avec eux mais à leur insu – mais en plus cela me donne une occasion de spectacle – courage, le statut n’est pas loin ! – il y aurait bien des choses à dire sur la haine en général et la haine en particulier, celle qu’une femme peut subir de la part d’une autre femme. Lacan disait : il n’y a de sentiments que réciproques. Soit. Il faudra que je m’y résolve. Pour le reste : un seul mot d’ordre ! Par beau temps par mauvais temps par tous les temps, exhibez-vous ! Sortez de vous-mêmes ! Sortez le cul à l’air ! Notez : je ne vous oblige pas ( encore une fois) – mais ne m’obligez pas à avoir honte du mien, ni d’être une femme ou féminine – on vous propose de la merde sur une assiette, vous ne dites rien, mais qu’un cul, à manger ou pas, pointe son nez et vous voilà déshabillée, si j’ose dire, de toutes vos idées féministes. Soit c’est à la mesure de votre angoisse d’être ou pas. Si j’oubliais que nous ne sommes que de minuscules miettes, je terminerais ce texte à la manière de César, tragédie oblige. Allé non. Allé si. J’en ris d’ailleurs car sans doute votre poussée de haine n’a été motivée que par votre déconvenue – comme toute femme – de ne pas être Cléopâtre.
Donc : Tu quoque « sister ».

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s