Ecriture automatique – 9 novembre 2018

Je voudrais te dire que tout est posé sur un fil.
Un souvenir, presque un traumatisme, d’un passage dans ce film muet – vu dans ces salles où on les regarde encore avec un piano – Je pense qu’il s’appelle Les amants maudits, ce film, mais mes recherches sont vaines. Pas les amants puérils. Pas les amants lumineux. Ou était-ce les amants diaboliques ? Non. Dès le début du film, le réalisateur a pris soin de filmer l’héroïne de manière à ne pas la mettre en valeur – elle est laide – et seul le regard de son amant fait penser qu’elle est très belle.
Une histoire classique. Comme je m’en souviens:  elle est gérante d’une entreprise, lui arrive comme ouvrier, ils tombent amoureux mais leur amour n’est pas accepté par la société, les expulse, ils partent vivre dans la montagne, seuls, ont un enfant et c’est l’enfer. Tout finit mal.
Mais le moment le plus terrible, c’est lors d’une de leurs disputes, à la fin, quand il se retourne vers elle, la regarde et lui dit : « je n’avais jamais vu comme tu étais si laide ».
C’est éprouvant.
Je voulais te dire que tout est toujours posé sur un fil.
A quoi que tu penses, il peut basculer. Disparaître. Se désintégrer. S’envoler.
Je me parle. Pense à cela quand tu as les pieds sur terre.

img_20180324_215014.jpg

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s