Ecriture automatique – xx juillet 2018

écho2Tu avais 16 ans.
Et tu as soulevé le voile du désir.
Jamais plus par la suite tu ne touchas les choses comme auparavant.
Il avait pris toute la lumière
Et tout à ses côtés parut fade.
Même le plus précieux.
Comme un peintre tu pris ton pinceau
Et depuis lors tu étales la puissance de cette découverte comme une couleur
Pour qu’elle se répande dans l’entièreté de ta vie – pour qu’elle ne t’enferme pas dans le carré de ton désir,
Comme un papillon dans une fleur,
Que le désir puisse déployer ses ailes,
Dans tout le territoire de ton corps
et de ta vie, qu’il ne te coupe plus
Le souffle dès que tu ne le regardes pas,
La lumière avait dépassé la lumière,
Il te fallait ouvrir toutes les portes pour qu’elle ne t’aveugle pas.
Depuis tu marches vers elle sans cesse, sans relâche, avec une pugnacité qui te sidère parce qu’en toi vit quelque chose qui te survit.
Quand il n’y a plus rien à dire, il faut dire encore.

Publicités

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

2 réflexions sur « Ecriture automatique – xx juillet 2018 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s