Suite

IL y a 4 murs qui font la gueule. Grande ouverte. Je me pendrai aux bras de l’un. Je deviendrai un objet décoratif mortuaire. On me dit fétichisationn-ite, une maladie qui m’a agrippée enfant. Je veux être mon objet m’accrocher à l’arbre si je veux. Mais ce n’est pas comme ça que ça marche, mademoiselle – ah non madame – la révolte des objets fétiches, ce n’est pas pour demain que ce sera accepté ! Quels vilains mots que ces messieurs et mesdames. The mother of illusion. La casa. Mon corps se casse, me laisse seule – Résister à la haine, les faces externes des 4 murs – pas de réflexion on a dit – Bien assez de miroirs – ces tableaux déformants, renversants – Faute aux photos – photos faute aux – faut haut les coeurs – je l’ai déjà dit – je m’exhibe qu’en moi-même – excusez du peu – what the fuck ? Princess of Rien du tout, très beau pays – calme et serein – fait bon y respirer. Je vais travailler aux lieux de jongler avec les maux jusqu’à vomissements. La pédale enfoncée à fond, non ce n’est pas une voiture – accélération du mot, péter le compteur des rythmes, au bout du chemin, il y a une toute toute toute toute petite souris. Et tout le monde a peur.

Publicités

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Une réflexion sur « Suite »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s