Ecriture automatique – 11 mars 2018

« Ca va mon amour » ou était-ce dans l’autre sens « mon amour ça va » ? Je dois – mille choses dans ma tête – vouloir un écrin de temps qui ne s’écoule plus – prendre le temps de le mettre dans ma bouche – le goûter. Sans se presser mais non – Je veux être tellement de manière cumulative que mes bras n’atteignent plus le sac qui m’a été donné – Je marche, plutôt je cours à présent « Ca va mon amour » Quelque chose qui a glissé près de mon oreille alors que mes pieds touchaient le sol et pas moyen de décoller mon amour ça va ? dit comme la chose la plus spontanée qui soit alors que rien ne me semble plus étranger Je cours toujours et des bribes de phrases passent encor’ leur chemin, sur ce chemin, rien ne me sera jamais adressé – actrices de mes pas – pas de possibilités qu’une adresse se fasse alors que je suis une feuille en coup de vent – ça va mon amour, mon amour ça va, mes paroles font la course dans ma tête, je les regarde, et pourtant en mouvement terrible de ces moi qui s’entrechoquent, se superposent et dont la face hideuse m’apparaît me projetant dans une course interne où j’ouvre toutes les portes qui me claquent à la figure; cette figure qui jamais ne s’arrête qui m’échappe toujours mettant en doute mes yeux mes propres yeux est-ce acceptable, ce je-là ? , toujours sur la crête sans que l’on ne sache ni de quoi ni ce qui l’entoure, à part, à part, ça va mon amour, mon amour, ça va, ça va mon amour, dans cette nausée là au bord des lèvres de soi, mon amour ça va, si un jour cette question m’était posée, si dans cet espace sur-investi, bondé, prêt à éclater, à la démographie galopante, cette question formulée de la sorte, arrivait à se glisser, à s’infiltrer dans mes veines surchargées de destinations, d’envies, de désirs, de contradictions, d’amour-haine, de joies explosées en tristesse, je penserais à ce poète, et mes lèvres me permettront de répondre: anywhere – ouf of myself.

CROWDFUNDING, C’est maintenant !

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s