Écriture automatique – xx juillet 2017

Tout l’alphabet. Tous à l’alphabet. Je me suis défait du passé. J’ai cassé l’enchantement. En moi c’est la dérive des continents du temps, je n’ai plus rien à voir avec le passé, je le vois au loin, je ne l’enterre pas mais il ne touche plus les terres de mon présent, je le regarde, lointain, comme une épreuve qu’on ne devra plus repasser, et mon présent ne tombe plus dans le même passé, mon présent est un présent perpétuel, les jours s’écoulent dans une ouateur que j’aime me rappeler, m’y vautrer, je me vautre dans le doux présent, je suis sur les hauteurs, seule, la dérive s’est faite sans déchirement, l’accouchement a eu lieu, du passé mort-né, ma vie est rose du sang versé, tous ces morts laissés derrière moi, trop lourds pour les emporter, trop lourd de marcher ensemble, ça tire, I am your man, et c’est tout, il n’y en a qu’un seul que je voudrais baiser, et c’est le temps. 

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s