Écriture automatique – 16 août 2017

Je suis sur le pas de la porte. Toujours sur le pas de la porte. C’est là que je me sens bien. Le pas de la porte. La porte qui dit non. Le pas de la porte de tout ce qu’on ne fera pas. Le pas de la porte, le pas que je ne ferai pas. Le pas de la porte ouverte. Je suis sur le pas de ma vie. Le pas, ce non que je prononce sans cesse. Pas ça. Pas ça. Le pas de ça. Le pas de danse. Le pas de danse. Celui que les corps mettent en scène. Le pas de mes ancêtres. Le pas de mes animaux. Le pas de ma chatte. Elle dit «pas pas pas» passe ton chemin. Elle dit «pas pas pas» assez. Je suis sur le pas de ma chatte. Cette porte qui parfois se ferme au monde dont elle est l’origine. Je suis sur le pas de mon animalité. Je lui marche sur les pieds. Je lui fais mal. La douleur est une chose qui l’étonne. Je suis sur le pas d’une histoire, ce qu’elle ne contera pas. Je suis sur le pas de ce monde absurde, je suis sur le pas de la communauté des hommes qui marchent au pas. Pas. Pas. Pas. Pas. Non pas. Non pas. Non pas. Non pas ça. Non pas ça. Non pas ça. Passage du temps qui sauve les hommes et les perd par le même temps, passage, pas sage. Pas sage, je suis sur le pas sage de ma vie. Le temps passe trop vite avec toi. 

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s