Écriture automatique – 26 juillet 2017

Tous les dés sont perdus. Bordés, calés, tous les dés sont perdus. Ça ne deborde plus. Ça ne décale plus. J’ai besoin de dés pour continuer. J’ai besoin de dés calés entre moi et les autres. Toi et moi. Plusieurs dés sont nécessaires pour le jeu. Alors je dés-branche. Je branche les dés au jeu. C’est plus fort que moi, les dés sont plus forts que moi, ils comptent pour plus que six, mes dés atteignent des nombres infinis. Les dés c’est moi. D-calé, C-parée. Enfin. Tous les dés sont perdus dans ma nature. Dépossédés. Pas cédé. Pas CD. Pas CD. Pas CD. Presque sous eux c’est bien. Tous les D sont dans la nature. Tous les dés sont dans la nature. Sont-ils tous perdus ? Tous les dés sont perdus dans le je à perte de vue. Je me suis décalée, plénitude absolue, décalage complet, tous les dés sont jetés dans la plaine plaine pleine, jeter les dés dans la plaine, joies de mes frontières, décousus dés pareillés -dés olés – dés monstre atifs – dés concentrés – des dés à perte de vue. 

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s