Ecriture automatique – 3 juillet 2017

Je ne m’appelle pas.
La boue, des empreintes de pas.
Tout ce que ça a dû être
Les matins au paysage hideux
Que les yeux ne veulent pas reconnaître
Je ne m’appelle plus
Les hurlements gisants dans le fond de ton crâne
Les couleurs envahissent à nouveau
Ce sont des plantes vivaces
Et je grandis avec elles
Je ne m’appelle plus
Il y a un faux C entre moi et moi.

 

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s