Écriture automatique -1er juin 2017

Je ne couche pas les mots. Je les arrache. De mes yeux. De ma langue. Comme une langue en trop. Je les épile un à un de ma peau. Je ne couche pas les mots. Je les brûle. Je les incendie. Je les funèbre. Je ne couche pas les mots. Je les assassine. Je les dictature. Je les serre jusqu’à ce qu’ils crèvent. Jusqu’à ce qu’ils se meurtrifient ». Jusqu’à ce qu’ils deviennent assassins à leur tour. Je ne couche pas les mots. Je les flingue. Je les dépouille. Je leur retire les os , ils n’auront plus que leur chair qui ne les tiendra pas debout. Je les béquille. Je ne couche pas les mots. Je les torture. Je leur arrache les poils. Je leur arrache les yeux pour les rendre aveugles. Je ne couche pas les mots. Je leur triture le sang pour qu’ils se vident. Je les cloue par leur membre fragile pour qu’ils se déchiquettent. Je ne couche pas les mots. Je suis les mots. Je suis air-m’aphrodite. Je ne couche pas les mots. Je les sexualise. Je leur coupe les couilles. Je ne couche pas les mots. Je ne couche pas. Les mots. Je les découds. Je les fais taire. Toujours une avant-dernière fois. Je ne couche pas les mots. Les mots ne me couchent pas. Les mots ne me cousent pas. Les mots m’assassinent. Me torturent. M’arrachent les poils. La peau. Les dents. On vise, ensemble, les mots et moi, le néant. 

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s