Écriture automatique -31 mai 2017

Je me couche et je couche les mots. Les mots se couchent sur moi. Je me couche sur les mots, je m’enroule dans mes mots et me cache, c’est mon cache-maux, les mots eux s’étalent sur moi dans ma bouche dans mon ventre, entrent dans mon sexe, ils couchent avec moi, ils me désirent, ils me déshydratent la gorge, je les retourne, assise en califourchon sur eux, et puis ils s’abandonnent entre mes lèvres. Ce sont des minutes d’extase que je couche sur le papier dans mes draps. Je couche les mots sur le dos, ils respirent toujours, je les abandonne à un sommeil profond comme une eau remplie d’encre, je les ancre dans mes couches, mes strates, mes accords, je couche les mots, ils m’accouchent sans que jamais je ne naisse, je couche les mots, ils me cachent sans que jamais je ne disparaisse. 

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s