Écriture automatique – 25 mai 2017

La chatte de l’autre est toujours plus verte. Je vais essayer de sortir les mots de ma bouche. Les maux de ma bouche. Je vais essayer de les attraper. Les attraper comme on pêche au filet. Mettre ma main dans la bouche et les tirer à l’extérieur. En gros paquet sans donner plus d’importance à l’un ou à l’autre. Je vois un verre de vin en gros plan, posé sur une table nue. Les apparences sont tellement trompeuses. Lapparat sons. Je pars. Presque. Je vais essayer de mettre les mots devant les maux devant l’émoi devant moi. Je vais essayer de m’oublier et de parler d’autre chose, que les mots qui sortent de moi ne soient pas mûs par moi, ne soient pas moi je ne suis pas en pâmoison, pas moi, son, ai-je une maison chez moi ? Je veux me mettre dans la peau d’un autre, je peux un instant mais pas plus. Tout m’échappe. La vie des autres est inaccessible. 

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s