Écriture automatique – 10 mai 2017

Je sais que tous les mots ont déjà été alignés. Tôt ou tard. Qu’importe si chez moi ils ne s’alignent plus. Nous sommes tellement engloutis. Malgré tout je fais quelques pas et mon corps reprend une épaisseur – aime ses propres mouvements et l’impact sur les choses qu’il touche. Il les fait éjaculer. Il les ouvre. Il les déplace. La jouissance dans son déplacement. Et le placement de l’autre. Le piano ouvert. La jouissance des sons éjaculés – dans un espace sans frontières – en a-pesanteur.

Ce sons/t des mots. Cette matière qui jamais ne blesse ni ne viole ni ne trahit. Le piano ouvert et je bois tout. Sans crainte. Car de lui ou de moi qu’importe d’où cela vient. Les mots ne s’alignent plus, n’entrent plus dans les tailles standards, ces tailles dont on essaie de tirer notre spécificité tout de même, laissons, les sons, les sont a remplacé le il, et l’imparfait devient un futur moins blessant. Le piano ouvert. Les points de rupture il y en a, jamais ils ne le refermeront. 

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s