Écriture automatique – 22 janvier 2017

Tu me soulèves et je ne résiste pas. Mon corps aimerait rapetisser. Devenir minuscule. Tu me retournes. Je suis dans cette pensée-là. Mon corps quasi inerte. Sans défense. Mon corps a la taille d’un fruit. Mon esprit est déconnecté. Je ne suis plus que tes mains qui me suivent, sur la peau. Tu m’embrasses. Je voudrais que tu me manges. Et doucement à pas de loup, l’idée tant rejetée, l’image honteuse, le fantasme enterré, surgit. Un jouet entre tes doigts. 

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s