Écriture automatique – 15 janvier 2017

Et ce fut la douce bataille. Celle qui ne finit jamais. Ton désir contre le mien. Confrontés. Je ne voulais pas ce que mon désir voulait. Tu voulais mon désir. Tout s’emmêla. Et à present que je regarde ce tableau, suspendue au plafond, je sens la violence et la douceur unies, retenues, dans nos corps ignorants, aveugles, cherchant une sortie dans le tunnel de nos désirs. 

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s