La femme-artbre

​Je suis toujours debout

Le sol m’y oblige

Je nourris et je couvre les fragiles

Je dois garder les bras ouverts

J’absorbe ce qui rend malade

Je suis nue et je ne l’ai pas choisi

Je suis toujours là

Et je dors dehors pour veiller au sommeil des oiseaux

On me regarde mais peu me touchent.

Publicités

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Une réflexion sur « La femme-artbre »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s