Écriture automatique – 18 septembre 2016

On se boit. Comme ça. D’où nous vient une telle soif ? Je te boirai, des litres et des litres durant, il doit y avoir une faille en moi par où tu t’échappes. On se boit et l’eau est dans ma bouche. Je suis la source et cette bouche avide. Et ma bouche est la source. On a glissé dans la rivière – de l’eau jusqu’aux genoux – , – non, jusqu’au menton – on ne voit plus nos corps et pourtant ils s’attirent encore. On se boit comme du petit lait. On se boit jusqu’à la lie, chacun le calice de l’autre où on voudrait se glisser – tel un génie. 

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s