Écriture automatique – 14 septembre 2016

Elle se laissait complètement aller, dans cette contemplation de son désir à lui qui reflétait son désir à elle, ne sachant qui, de l’un ou de l’autre, était né en premier. Ensemble peut-être – des désirs jumeaux. Elle laissait son corps se détendre jusqu’à l’absolue immobilité où plus aucun désir de mouvements ne lui venait autrement que par lui, par ses gestes à lui. N’être plus – c’est ce qu’elle se disait. La douce, enivrante, terrassante sensation de n’être plus. C’était cet espace-là qu’elle avait tant convoité, l’espace de la non-existence, et qui, à présent, s’offrait à elle à perte de vue. 

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s