Écriture automatique – 12 août 2016

Je voudrais être cette femme qui crie. Je me perds malgré tout dans tes yeux. J’y mets toujours tout mon coeur. Je suis suspendue mais terrienne. Elle m’appelle, cette terre, que je m’y glisse, que je m’y frotte, elle m’accueillera dans quelques années quand j’aurai récolté assez de semences, suspendue, aimante, pleine mais ouverte, tes caresses ne s’impriment pas en moi c’est pour cela qu’il faut recommencer souvent. Je te vois, tu es beau, mes yeux se remplissent de toi, mes mains de ton corps, ma langue de tes yeux, je te cherche et ça continue à l’infini. L’amour ce n’est pas fait pour parler.

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s