Ecriture automatique – 7 août 2016

On restera deux. Jamais un. Toi devenu moi, quel ennui ! On restera deux pour pouvoir se regarder – sans miroir – si ton chemin est mon chemin, nous ne pourrons pas nous baigner dans le lac qui les sépare. Mon désir dépasse de loin les frontières d’une rencontre. Si mon corps m’empêche d’écrire, c’est toujours lui qui connaît le chemin. J’ai hâte de t’embrasser, de te coucher sur un banc, hâte que tu ne deviennes pas moi, hâte de ce travail physique à fusionner en vain tels des sisyphes, hâte que tu restes indéchiffrable, hâte des malentendus qui nous garderont séparés mais infiniment désirables, j’ai hâte que nous ne nous trouvions pas.

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s