Caca

Toute une vie pour aimer son caca. Il faut. ? . Qu’il est beau le chant des possibles. Tu m’as dit un jour qu’il était bon que les rêves restent ce qu’ils étaient. A leur place. Moi je ne le pense pas. Toute ma vie, je veux mettre les rêves dans la merde, devant moi. Entrer dans le champs des chants des possibles et patauger dans ma merde. Ensuite on verra ce qu’on pourra en faire. Je veux dire : au moment où il n’y aura plus de futur, juste un présent qui part, on verra, mais jusque là, oui, jusque là, passer sa vie à la recherche de sa merde, à soi, ça me dit bien ça, entrer dans le champs, pieds nus, et puis aussi prendre par la main certains qui le veulent bien, et danser ensemble dans le champs de la merde avec le chant des possibles autour de nous. La nature est intelligente, remplissons-nous d’elle, de son caca, je prends la terre entre mes mains, je t’en mets plein partout, je te la fais bouffer et à mon tour, je la porte à ma bouche, grande ouverte et ébahie de volupté. Qu’il est beau le chant des possibles.

J’ai commencé par la fin – je ne sais pourquoi je pense cela – j’ai commencé par la fin et là, je me dirige vers le début.

Ecriture automatique – 12 juillet 2016

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s