La distance

Parfois le soir je délire sur des sensations debout parfois je sens que j’aime et j’en suis étonnée, parfois quand le sol est noir charbon il faut se détacher, regarder l’autre à distance, ne pas trop s’approcher pour aimer car si on ne peut plus regarder, on ne peut aimer, la distance est la condition de l’amour, celle-ci est variable selon les tempéraments et les saisons mais le respect des distances est une des seules règles qui faillent retenir dans la vie, si on évite déjà les carambolages, c’est déjà ça, si on évite de se perdre dans l’autre parce qu’on s’est trop approché, c’est déjà ça, car si on s’approche tout près, c’est le vide et le vertige assurés, l’autre nous gobe comme un œuf et il ne nous reste que la coquille, non il faut garder la distance pour caresser, aimer, regarder, on peut s’approcher à de furtifs moments où la vie regarde ailleurs – pourquoi pas – mais pas y rester – c’est comme ça la vie, tout la famille qui revient chaque soir, la même litanie, des hauts et des bas de plafond, la famille, la distance, mais si un jour tu doutes, alors tu peux venir, tu peux t’approcher, je te prendrai, te bercerai et ensuite on pourra repartir.

Ecriture automatique – 10 juillet 2016

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s