Ecriture automatique – 6 juillet 2016

Parfois quand je regarde devant moi je vois en oblique des amours déplacées je sens les perpendiculaires de la société. Je m’élance. Je suis toujours en mouvement. Le ciel est circulaire mais il prend la forme de la terre. Les hommes l’ignorent comme ils ignorent les regards qui ouvrent les rencontres. Parfois quand je regarde devant moi je vois en oblique mon passé disparaître comme la volute d’une cigarette mal éteinte. Je respire mais son odeur ne vient plus jusqu’à moi car mon regard est empli du ciel circulaire qui, un jour, me montrera le dessin de ma vie. Parfois quand je regarde devant moi je vois en oblique mes pieds, mes bras et mon âme a une forme à mille facettes et dans chacune d’elles je me vois en oblique, en oblique je me vois, je me vois, je me vois

Auteur : celinelory

Pianiste le jour, auteure de chansons et de textes la nuit, toujours indéfinie mais heureuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s